Coût marginal du capital. Signification, utilisations et plus encore

Accueil / Blog

 

Comme nous le savons, une entreprise peut lever des fonds via différentes sources, telles que la dette, les actions ordinaires et les actions privilégiées. Chacune de ces différentes formes de capital a son propre coût pour l’entreprise. Le coût marginal du capital est le coût pour lever un euro supplémentaire de nouveau capital à partir de chacune de ces sources.

 

C’est le taux de rendement que les actionnaires et les détenteurs de dette attendent avant de réaliser un investissement dans une entreprise. Le coût marginal du capital augmente généralement lorsque l’entreprise lève davantage de capitaux. En effet, le capital est une ressource rare.

 

Le capital n’augmente pas linéairement

Il est essentiel de comprendre que le coût marginal du capital n’augmente pas linéairement. Une entreprise peut financer une partie du nouvel investissement en réinvestissant les bénéfices et par le biais de la dette ou des actions préférentielles afin de maintenir une structure de capital optimale. Mais, dès lors que les besoins en capitaux attendus dépassent les bénéfices non distribués et les fonds obtenus par le biais de la dette ou des actions privilégiées, le coût marginal du capital augmente. Pourquoi augmenter ? C’est parce que la source suivante est les capitaux propres et cela est coûteux.

Disons simplement qu’il n’est pas possible pour l’entreprise de continuer à lever des capitaux à coût constant. Le même concept s’applique également aux autres ressources. Une entreprise ne peut même pas continuer à employer la main-d’œuvre en maintenant le salaire constant. Comme une entreprise prévoit de lever de nouveaux capitaux via différentes sources, le coût moyen pondéré de chaque euro commence aussi à augmenter.

 

Composantes du coût du capital

 

Coût marginal de la dette

Le coût marginal de la dette est une composante du coût marginal du capital. Il s’agit du taux d’intérêt que les investisseurs attendent, corrigé des impôts. Par exemple, une entreprise lève une nouvelle dette à un taux d’intérêt de 7% et le taux d’imposition est de 15%. Dans ce cas, le coût marginal de la dette serait de 0,07*(1-0,15) 5,95%.

 

Coût marginal des capitaux propres

Il s’agit du taux de croissance attendu des dividendes, plus le ratio du dividende de l’année prochaine par rapport au cours de l’action de l’entreprise, ajusté pour le coût d’émission des actions. 

 

Dans le cas des actions privilégiées, l’ajout du taux de croissance des dividendes n’a pas de sens, car une entreprise verse généralement des dividendes sur les actions privilégiées à un taux de croissance constant. Ainsi, le coût du capital des actions privilégiées est le rapport entre les dividendes privilégiés et le produit net de l’émission (Produit brut moins les coûts d’émission).

 

Coût marginal pondéré du capital

C’est la somme du coût marginal pondéré de toutes les formes de capital. En continuant avec les exemples ci-dessus, supposons qu’une société lève 20 % par la dette, 50 % par les actions et 30 % par les actions privilégiées. Dans ce cas, le coût marginal pondéré du capital sera de (20%*5,95%)+(60%*12,40%)+(30%*5%) 10,13%.

 

Comment c’est utile ?

La marge de capital est très importante et joue un rôle crucial dans l’analyse financière et l’évaluation des actifs. De plus, elle aide la direction à prendre des décisions importantes en matière de budgétisation des capitaux. Il ne faut pas la confondre avec le coût moyen du capital. Les analystes financiers comparent généralement le rendement d’un projet sur la base du coût marginal du capital plutôt que du coût moyen du capital. Habituellement, un projet dont le rendement attendu est supérieur au rendement requis est considéré comme un bon projet.

 

Break Point

Le terme « Break Point » désigne la nouvelle injection d’investissements qu’une entreprise finance sans augmentation du coût marginal. Le point où la courbe du coût marginal du capital met fin à sa tendance plate est connu comme le point de rupture.

Il est possible de calculer le point de rupture en divisant les bénéfices non distribués pour une période par le poids des bénéfices non distribués dans la structure du capital. On peut calculer les bénéfices non distribués en multipliant le revenu net de la période par le taux de rétention. Le taux de rétention ou taux de réinvestissement est 1- le ratio de distribution des dividendes.

La formule du point de rupture est = N1x(1-DPR)/We

Ici ‘NI’ est le revenu net, DPR est le ratio de distribution des dividendes et ‘We’ est le poids des bénéfices non distribués dans la structure du capital que l’entreprise vise.

 

Coût marginal 

C’est un graphique qui explique le lien entre la moyenne pondérée de chaque euro de capital d’une entreprise et les nouveaux capitaux levés. Le barème indique aux analystes la variation du coût en fonction du capital levé.

Lorsqu’une entreprise lève plus de capital, le coût des différentes sources de capital peut changer pour plusieurs raisons.

Une entreprise peut ne pas être en mesure de lever d’autres dettes de même nature que par le passé. Les tests effectués sur la structure de la dette de l’entreprise pourraient la dissuader de lever des fonds par le biais de dettes d’un niveau de séniorité similaire. Si l’entreprise s’éloigne de la structure de capital existante, alors le coût marginal du capital augmenterait pour refléter ces écarts.

 

Budget de capital optimal

Le bénéfice d’une entreprise a une corrélation négative avec le coût marginal croissant du capital. Lorsque l’entreprise commence à lever des capitaux supplémentaires, le rendement de ses investissements commence à s’épuiser. Une entreprise doit continuer à lever de nouveaux capitaux jusqu’à ce que le coût marginal du capital soit inférieur ou égal au rendement disponible.

 

Évaluation des actifs

Les analystes financiers utilisent également le concept de coût marginal du capital pour l’évaluation des titres. Un analyste utilise ce concept en plus des modèles d’évaluation des flux de trésorerie actualisés (DCF). L’analyste utilise le WACC de la société pour l’évaluation si les flux de trésorerie sont destinés au fournisseur de capital de la société. D’autre part, un analyste va pour le coût des capitaux propres pour trouver la valeur actuelle des flux de trésorerie, si les flux de trésorerie appartiennent au propriétaire de l’entreprise.

 

Découvrez les dernières tendances et les meilleures pratiques en matière d’entrepreneuriat sur notre blog dédié aux entrepreneurs.
Trouvez des conseils pratiques pour lancer, développer et faire prospérer votre entreprise.